Marc FEREYRE-GOUGNE +++ --Site actualisé en continu-- 14.000 connexions au 15/03/2012 73.000 au 1/01/2017...! + de 30 connexions par jour... Site réalisé avec : www.1and1.fr
Marc FEREYRE-GOUGNE                                                      +++--Site actualisé en continu--14.000 connexions au 15/03/201273.000 au 1/01/2017...!+ de 30 connexions par jour...      Site réalisé avec :www.1and1.fr    

Histoire  des familles GOUGNE (§ FEREYRE)

Voilà le plus bel argument contre le droit du sol !

Les origines familiales connues : la Drôme...depuis au moins  huit générations  !..

Crest et la Drôme, vers 1830...
La Tour de Crest (Huile de Jacques Girbaud -1960-)

 

 

Généalogie connue des familles :

GOUGNE et  FEREYRE (1764-2016)







 

GOUGNE

Antoine

1764-



           +

    

 PIOLLET

Françoise

 

 

 

 

FEREYRE        + Jean-Pierre        
 
                  

 

BRET Suzanne

 

GOUGNE                 +

Antoine

7-5-1811

(Bezaudun -26)





BERTHOU

Joséphine

 

 

FEREYRE         + Jean                        

1776-1847

MOULIN Catherine

1783-1858

 

GOUGNE                 +

Henri-Adolphe

1847- 1920

 (Crest-26)

 

+  CHAMBONCEL Marguerite (dcd en 1884)

+ THEZIER Constance,

Clémence, Marie

FEREYRE   +

Jean         

1828-

CHAPON 
 
Adèle, Félicie

1835-1871

 

GOUGNE                 +

Henri, Adolphe

1887- 1968

(Crest-26)        

CAMPAGNE

Marie Rose

FEREYRE  +

Léon

1868-?

MARCHAND Marie

1878-?

 

 

GOUGNE Charles, Henri, Adolphe

1916-1994

(Crest-26)

 

 

      
 
+

 

FEREYRE Adrienne,

Maria, Charlotte

1917-2006

(Chabrillan-26)

GOUGNE Claude, Joseph
 
1942-2003

GOUGNE

Marc, Jean, Albert

1950-20..

GOUGNE  

Yves,

Pierre,

Gaston

1953-

   +

 

 PATRAS Jacqueline

8/9/1954

 

GOUGNE Magali     GOUGNE Florian 1981-

 1974                                    +           

                                   PLAZA Emilie

 

 

Mael 19/08/2008      GOUGNE Antoine 20/05/2016

                           (8ème génération depuis 1764)

                                                                                         

 

L'histoire nous éclaire : Empire des francs

#GOUGNE   ?    et      HISTOIRE  DE  LA  DRÔME  

En vieux français, "GOUGNE" était le nom donné à un vêtement masculin (renseignement trouvé dans un ouvrage de 1776). Il s'agissait alors d'une tunique longue, de couleur blanche, avec des manches ajustées ...Est-ce là l'origine du nom ???

Non, puisque le patronyme existait, dans la vallée Drôme, bien avant 1750...

 

Alors, j'ai recherché qui avait peuplé cette belle vallée de la Drôme :

 

D'abord nous trouvons les VOCONCES (de Voconcii: "les vingt clans").

Il faut remonter l'histoire de la Drôme, à l'âge du fer (vers - 200 av.JC).

Les voconces occupent à cette époque les pré-alpes qui s'étendent du Vercors au nord, au mont Ventoux au sud, puis de Gap et Sisteron à l'est, et de la rivière  l'Isère, jusqu'à Vaison ("Vaison la Romaine") à l'ouest.

Leurs deux villes capitales étaient alors  Luc en Diois et Vaison.

 

 

Je m'intéresse à l'Histoire et au peuplement de la France.

L'Histoire nous apprend que les voconces sont bien des Celtes qui habitaient ces grandes régions de l'ouest de l'Europe, appelées par les historiens romains : "Les gaules".

Ces habitants des gaules dénommés ''gaulois", du nord au sud, habitaient la Westphalie, la Rhénanie, la Lorraine, la Franche comté, la Bourgogne, l'Auvergne et la Provence, en fait, les habitants d'alors et les générations suivantes, toutes incluses dans ces régions depuis l'âge du fer (-700 av.JC), constituent UNE MÊME NATION, la NATION  FRANQUE.

(Plus tôt, Clovis avait, le premier, réuni les francs Saliens et les francs Rhénans (en 496) et il avait été baptisé Chrétien, -avec son armée-  avant de devenir les Carolingiens, avec Charlemagne...).

Donc depuis l'an 496, et durant quinze siècles (1.500 ans) les Celtes, Gaulois, Francs, devenus ''les Français'', constituent indubitablement notre patrimoine génétique, ensuite enrichi par les émigrations économiques au XXème siècle.   Cela doit être rappelé sans cesse, nous sommes bien de cette identité et de cette culture !.

Nous devrions donc, tous, fêter CHARLEMAGNE, comme ilse devrait :

Ce Roi des Francs, sacré Empereur de tous les carolingiens en 800,  a réalisé beaucoup plus, pour la Langue, pour l'Ecole, pour la Nation et pour l'Europe de l'ouest, que le système éducatif nous l'a enseigné jusqu'à présent).

 

 

Mais qui étaient donc ces VOCONCES  ?

 

Les voconces sont des Celtes  (comme les Arvernes dans le massif central et leur grand chef Vercingétorix, ou les Séquanes, entre Saône et Jura qui vivaient à la même époque au cours des 3 premiers siècles av.JC).

Ces celtes qui nous intéressent, habitent la Gaule celtique (à différencier de la gaule belge et de la gaule aquitaine, mais l'ensemble de ces grandes régions peuplées de celtes, était appelé "Les gaules" dans les plus anciens textes romains, tels ceux de l'historien Tite-Live).

 

NB: Tous les celtes étaient venus d'europe centrale cinq siécles av. J.C, et il se sont principalement installés autour et le long du Rhin (depuis la Suisse jusqu'au confluent du Rhin et la Moselle, puis progressivement, avec l'âge du fer (Hallstatt) autour de ces axes fluviaux de communication marchande). Ils s'étaient donc installés dans "les gaules" et ont ensuite été appelés des gaulois.

Alexandre le Grand en 320 av. JC, signalait le courage de ces gaulois qui n'avaient pas peur de lui et de son armée (Les récits guerriers d'Alexandre le Grand, relatent que ces gaulois n'avaient peur que d'une seule chose: que le ciel leur tombe dessus...) 

 

Les voconces donc, peuplent notamment la Drôme, l'isère et le vaucluse. Ils sont cousins des Allobroges (nom donné aux celtes installés plus au nord (en Savoie -Sapaudia-, et Helvétie -Helvetii- ) et qui exploitaient les terres agricoles de ces régions). Ces allobroges étaient eux mêmes, parents ou originaires d'une plus grande région limitrophe au nord, située entre la Saône, les Vosges et le Jura. Il s'agit de "la Séquanie". Les Séquanes avaient pour capitale, Vesontio (Besançon).

Vesontio était une véritable place forte et stratégique, en raison de la présence naturelle de la boucle du Doubs, entourant un important oppidum (Mons autour duquel il était imaginable de construire un large mur pour y étre protégé des attaques et invasions). Les séquanes se sont ensuite étendus à la région de Lyon et même jusqu'à Vienna (Vienne) .

Ils étaient souvent vêtus de braies et savaient bien travailler le Fer (Nous sommes maintenant en -70 avant J-C);

Notons à propos de la région de Besançon, que Ferreol de Besançon, missionné à la fin du 1er siècle pour évangéliser la région séquane, fut décapité par les romains pour avoir protégé des chrétiens, alors pourchassés. Ferréol fut reconnu martyr, devenant plus tard, Saint-Ferréol que l'on fête dans quantité de villes de Franche-Comté, Savoie, Isère, Haute-Loire, et Drôme, comme à Crest chaque année en septembre.

- puis arrivent les Romains (Ces latins resteront jusqu'en 297 ap. JC). Ils ont beaucoup et tant apporté à notre civilisation !

Ils ont notamment réalisé de grands travaux d'aménagement avec, pour notre région sud est, la voie reliant Valence à Gap et Sisteron, respectivement par Cerebelliaca (Montoison)  - Augusta (Aouste) - Darentiaca (Saillans) - Dea Vocontiurum (Die) - Lucus (Luc en Diois) - Mons Gaura (Col de Cabre).

Cette voie importante de communication entre les vallées du Rhône et du , est appelée : route d'Hannibal Parce que déjà, en 218 av JC, elle fût déjà le passage utilisé par l'armée de ce chef Carthaginois, qui était parti d'Afrique du nord (actuelleTunisie) pour surprendre l'armée romaine par le nord, via l'Espagne, les Pyrénées puis les Alpes, et pour tenter de conquérir leur capitale, Rome.

- De 300 à 350, les romains faiblissent sur toutes leurs frontières et ce seront des périodes instables avec des invasions, respectivement :  les Vandales, les Alains, puis les Goths, (Jusqu'en 350, ces peuples sont venus de l'est et du nord de l'Europe, pour piller dans les Alpes, le Piémont et l'actuel dauphiné.

- Puis les Burgondes (en 400, avec Childéric Ier). Les Burgondes sont originaires de la moyenne et haute vallée du Rhin, où ils succédèrent aux Vandales. Ils sont les Mérovingiens et  s'installèrent en région lyonnaise. Ils avaient choisi pour capitales, Lyon et Genėve. Moins barbares que les Vandales, ils ont donné leur nom à la "Burgondie" (origine de la Bourgogne);

 

- Enfin ce sont, les FRANCS ("les courageux" ou "les audacieux" en langage germanique) nous sommes en 450. Les Francs sont originaires de la moyenne et de la  basse vallée du Rhin (Austrasie). Ils seront appelés "CAROLINGIENS", depuis Clovis Ier, qui a réuni les Francs saliens et les Francs rhénans (496), puis Charles Martel, surnommé le "protecteur de la civilisation chrétienne" qui stoppa l'avancée des sarrazins (arabes-andalous) à la bataille de Poitiers (732).

C'est son petit fils, CHARLES, le roi des Francs, dit CHARLEMAGNE, le fils de Pépin le bref, qui devient en 800, l'empereur de tous les carolingiens. Il sera sacré Empereur d'occident à Rome, par le pape Léon lll.

(La France, l'Allemagne, le Bénélux et l'Europe, doivent beaucoup plus aux carolingiens et à Charlemagne que le minimum scolaire qu'on apprenait sur les bancs de l'école...).

Episodiquement, il y aura encore des tentatives d'invasions de notre région, qui était alors placée, avec tout le sud-est, sous la protection de la Bourgogne -ou Bourgougne- elle même sous l'autorité de Lothaire un des 3 fils de Charlemagne, jusqu'au TRAITE DE VERDUN (en 843) qui organisa le partage de l'empire carolingien en deux :

- la Francie orientale (germanique) qui deviendra l'Allemagne, et

- la Francie occidentale et romane (cette dernière deviendra  la FRANCE).

 

A Valence, en 890, les prélats et "les grands du royaume de Francie occidentale" se réunissent en concile et élisent Louis III, roi de Bourgogne (ou roi de Provence ou roi d'Arles, les trois termes désignent la même fonction).

Le bas dauphiné et la vallée de la Drôme, appartenant alors au "Royaume de basse Bourgogne" (ex-royaume carolingien de Lothaire) sont ensuite rattachés, par suite des successions, au Royaume d'Arles et de Provence. (NB: A cette époque, le Rhone était la frontière de l'ouest au nord, et Le Piémont, la frontière de l'est). Et, c'est le dernier roi d'Arles, Adolphe III, avec sa succession (en 1032), qui a permis à de nombreux ducs, comtes et princes (écclésiatiques ou laiques) de se proclamer "Seigneurs" des terres de la drôme d'aujourd'hui. Nous sommes en effet, partout en europe, en pleine féodalités (avec les seigneurs, les ducs, princes, comtes, barons et marquis). C'est à cette période que nous découvrons Arnaud, le seigneur de la crête des Arnauds ("crête" des Arnauds deviendra Crest). Il est le fondateur du castrum cristae en 1100 (la construction du chateau fort de Crest s'étalera du XIème jusqu'au XIVème siècle).

 

-------- UN PEU D'HISTOIRE  :

-- A la même époque que la construction de la Tour de Crest, en 1062, et à l'opposé du royaume, le normand "Guillaume le conquérant", alors Duc de Normandie, avec les soldats du roi des Francs, Henri Ier, embarquait une armée depuis Falaise en Normandie, pour conquérir l'angleterre. Il en devint le roi !

On sait maintenant toutes les conséquences historiques de cette conquête sur nos relations particulières avec l'Angleterre, depuis les Plantagenêts, Aliénor d'Aquitaine et leur influence sur les royautés française et anglaise, et sur les royaumes respectifs.

--- Toujours à cette même époque, presque toute l'Espagne  était "le califat de Cordoue",  sous l'autorité des maures depuis 350 ans...

-- Et, il faut ajouter que cette même époque, Venise terminait de construire la Basilique Saint Marc...un joyau d'architecture et de marbres...!

 PRENEZ CONSCIENCE DES DIFFÉRENCES DE SITUATION ENTRE CES PEUPLES, IL Y A 1000 ANS ...  

 

- En 1188, les comtes du valentinois (devenus "seigneurs" de Crest par héritage de la "cité des Arnaud", et en accord avec l'évéché de Die, également gestionnaire) ont octroyé aux habitants de Crest, une "charte des libertés", leur garantissant  des libertés, en échange de leur protection et des taxes imposées.

 

- De 1200 à 1700, la vallée de la Drôme vivra, comme tout le royaume de France, sous le régime des rois capétiens (de 1060 à 1388 avec Louis VI le gros, Louis IX "Saint Louis") puis, sous le régime des Valois (de 1328 à 1574, avec Philippe VI, Charles V, VI, et Charles VII qui, avec l'aide de Jeanne d'Arc repoussa les anglais hors du royaume, jusqu'à Louis XI -qui permit au Royaume de France d'intégrer la Bourgogne- jusqu'aux règnes de François Ier et de Charles IX avec la guerre de religion).

Cette longue période de six siècles de féodalités (sous protection royale), fût marquée par une multitude de conflits entre les différentes seigneuries (Comte de Poitiers, les Albigeois, Simon de Montfort, Comte du Dauphiné) puis avec la royauté (jusqu'au démentellement en 1631 -ordonné par Louis XIII- du chateau fort de Crest à l'exception du Donjon).

Toujours à propos de Crest, il y a lieu de relever qu'en 1426 la ville déjà rattachée au Royaume par Charles VI, sera plusieurs fois cédée à des souverains tels que César Borgia (1498); Diane de Poitiers (1548) qui était en réalité Diane de Peytier (localité de vaucluse) et Diane est pourtant bien née à Etoile, dans la Drôme (!); puis ensuite à la famille Grimaldi du rocher de Monaco (jusqu'à la révolution de 1789)..

 

Dans toute notre région, la guerre de religion fut durement ressentie, entre les chrétiens (traditionnalistes et les partisans de la réforme), ainsi que les protestants (persécutés lors des "dragonnades" ordonnées par Louis XIV et particulièrement nombreuses dans les régions de Gigors,Vercheny, Aurel, Die, Bourdeaux et de Poêt Laval)

Ce seront ensuite et à nouveau des hostilités, cette fois entre royalistes et anti-royalistes (avec entre temps, l'épidémie de la Peste de 1721 à 1729), puis ensuite avec les partisans de la révolution...

Les historiens relèvent aussi, dans la région de Crest tout particulièrement, les longues présences d'importants régiments militaires appelés, de temps à autres à défendre le royaume de France face aux agressions et/ou successions de pouvoirs, en Italie, Autriche et en Espagne...

 

- Arrive la période de la révolution, avec notamment le rôle joué par le Tiers-état et les élus célèbres du Parlement de Grenoble qui, en refusant les édits royaux en 1788 ont manifesté leur opposition au roi, et ainsi marqué l'histoire, en se montrant les précurseurs de la Révolution.

.

..

...

 

Une histoire de la France et une histoire locale, très marquées en évènements militaires et politiques, mais aussi en sacrifices, pour les habitants de cette région. Ce sont bien tous ces évènements qui ont accompagné et contribué au peuplement de notre région, depuis plus de 2.000 ans !

Nous en savons ainsi un peu plus avec la naissance d'Antoine, fils de Florian et d'Émilie qui représente la 8ème génération connue, de la famille Gougne-Fereyre, depuis 1764 ... !

.

..

....

 

 

D'où vient alors le nom "GOUGNE" ? de Bour-gougne ?, de Bour-Gongne, ou Bougogne, devenu Gaugne, puis Gougne, particuliérement en Saône et Loire (en 1610) d'après Généanet ?. Il faut lire à ce sujet "Les mémoires historiques de la République séquanaise et des princes de la Franche Comté de Bourgougne" par M. Louis Gollut du Parlement à Dôle (1592).

Le nom de Gougne est vraisemblablement d'origine celte, puis de culture latine, au vu de l'importance donnée aux prénoms d'origine Franque et latine des différentes générations, ainsi que par la localisation géographique particulière de leurs familles sur le territoire.

 

Mes recherches sont remontées assez aisément jusqu'à l'instauration de l'état civil obligatoire (décret de 1792) grâce, en particulier, au travail de microfilmage réalisé par les Mormons (Eglise de Jésus Christ des saints des derniers jours -ou Mormons-) entre 1965 et 1995 dans la vallée de la Drôme, et qui est accessible aux archives départementales de la Drôme, à Valence.

Il me faudrait poursuivre sur les registres paroissiaux de naissances ... commune par commune, et  plutôt paroisse par paroisse, car bien avant l'Etat, seuls les religieux tenaient mention de l'état civil ! Merci à eux !



Par ailleurs, en Drôme provençale, il existe aussi une section de commune : "GOUGNE"

Ce hameau d'aujourd'hui, autrefois véritable village, est actuellement repertorié sur la commune de Poët-Laval, près de Dieulefit, et l'association des anciens de cette ville reconnait le patronyme Gougne dans ses archives communales. 



Quand on cherche sur les sites de généalogie, le patronyme "GOUGNE" est relativement répandu, en Saone et Loire, et majoritairement localisé dans le sud-est de la France, spécialement dans la Drôme, le Vaucluse et les Hautes Alpes, une région qui s'étend d'une ligne Montélimar-Bourdeaux-Dieulefit-Gap, au nord, à une ligne Avignon-Séderon au sud (Cf: Généanet) et ce, depuis au moins le XVème siècle. Or, il y a trés peu de parenté directe, entre ces différentes familles depuis environ 1760...

(NB: La plus ancienne distinction retrouvée entre les différentes familles Gougne, semble débuter à la filiation d'Antoine Gougne, né en 1764 et marié à Françoise Piollet, mais il y en a d'autres c'est certain).

 

C'est étonnant n'est-ce pas de découvrir ses aïeux, non ?

Où ils vivaient, ce qu'ils faisaient ?

Quelle chance de pouvoir retrouver tout celà...

""Quel bonheur de chercher et de trouver ses racines...!""

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

CREST (26400) (http://www.mairie-crest.fr/-La-Tour-.htmlune ville moyenne de la vallée de la Drôme d'abord connue pour son célèbre Donjon (le plus haut donjon de France : 52 m et édifié du Xème au XIIIème siècle) très souvent peint et photographié, et par ses diverses spécialités culinaires de source dauphinoise et provençale (la défarde, la caillette des Limouches et de Chabeuil, la pogne de Romans, la couve et le pantin, les ravioles du Royan, la clairette de Die, la clairette de Raspail, l'huile d'olives Richard, le melon et les cailles à Montoison, l'omelette aux truffes, la crique, le pintadeau et l'agneau de la Drôme... tout cela devrait vous dire quelquechose..!).

NB: La ville est administrée par le Député-Maire Hervé Mariton  (www.hervé-mariton.net) qui, en seulement deux mandats, a apporté énormément et il continue à transformer positivement cette région avec foi, conviction et beaucoup de maîtrise.

 


MAINTENANT VOILA  LA FAMILLE GOUGNE EN PLUS DE DETAILS  : 

UNE FAMILLE DROMOISE DEPUIS 1750 !

 

Mes parents, aujourd'hui décédés :

 

Charles GOUGNE ("charlot") né le 7-11-1916 à "CREST dans la Drôme" comme il le disait.

Ajusteur-mécanicien de métier, il aura travaillé toute sa vie, depuis Longwy en Meurthe et Moselle (-chemins de fer et aciéries de Lorraine-) avant guerre en 1939 lorsqu'il a été mobilisé, jusqu'à Crest, sa ville natale, où il repose désormais en paix).

Son garage -il était concessionnaire de la marque "Motobécane" était installé sur la place au blé à Crest, place alors nommée Frédéric Mistral (Poëte provençal 1830-1914) comme l'indiquait la plaque murale installée juste à côté de la porte d'entrée;

C'était le temps où les mécaniciens devaient pouvoir tout réparer: depuis les horloges jusqu'aux tracteurs agricoles, en passant par les vélos, les vélosolex, les mobylettes, les motos, les voitures et même les tracteurs, en créant parfois des outils spécifiques qui ne servaient qu'une seule fois et pour un seul  modèle...! C'était même le temps où les "mécaniciens" prenaient soin de passer du talc dans les pneus de vélos ...  pour que la chambre en caoutchouc, neuve ou réparée avec des rustines et de la colle, ne s'érode pas aux frottements du pneu...! et aujourd'hui, on ne met plus de chambre à air, et on colle même le pneu sur la jante !.

Les "pièces détachées" occupaient 3 pièces de la maison, en sus du garage !!!

Normal en fait, car à cette époque et à défaut de stock adaptable à l'activité, il fallait bien souvent commander par téléphone et attendre patiemment au moins une semaine puis, aller chercher les pièces livrées à "la gare" ou "aux moulins", c'est à dire à l'arrivée des cars "Teissier" qui assuraient la ligne Valence-Die !.

A cette époque, jamais de stress ! ...Tout pouvait attendre... !

Mon père me laisse le souvenir d'un bon "père de famille", simple, aimable, original et gentil, patient, habile, méticuleux, curieux, et toujours disponible ...

 

 

Adrienne FEREYRE ("didou") née le 26-5-1917 à Chabrillan (*) dans la Drôme (dcd le 16/10/2006), dernier enfant d'une famille originaire de Chabrillan. D'abord institutrice à Crest, puis résistante entre 1942 à 45, spécialement depuis le quartier des Roches -maison de la famille Barnier (dont le mérite pour services rendus fut ensuite reconnu officiellement par la Grande Bretagne et où, un exemple parmi d'autres, des militaires anglais ont été, pendant l'occupation, nourris et dissimulés plusieurs jours dans les caves et ainsi bien protégés) puis mère de famille, dévouée, méritante et appréciée, puis aide-soignante, puis secouriste et membre d'Emmaüs à Etoile, membre actif de la croix-rouge à Crest, et enfin infirmière-scolaire à l'école Saint Louis jusqu'à sa retraite;

Elle pétillait d'intelligence, de tonicité et de réactivité. Toujours agréable, le caractère affirmé, elle était toujours pleine de volonté, d'entrain et d'humour.

Déjà toute petite, elle attirait naturellement l'auditoire par l'intérêt qu'elle montrait, sur tout ce qui pouvait être appris. Plus grande, elle apportait spontanément et régulièrement, assistance et réconfort à tous ceux qui en avaient besoin; elle rédigeait même les courriers de ceux qui avaient du mal à s'exprimer !

A 80 ans, presque aveugle, elle continuait à lire, avec une loupe (!) et à faire des mots croisés ! ... Toujours avide d'apprendre ...  sa curiosité intellectuelle n'avait pas de limites.

Personne ne peut, et ne pourra jamais, l'oublier !

 

(*)  Chabrillan son village de naissance, étant le superbe village provençal de la vallée de la Drôme particulièrement remis en valeur dans les années 70-80 par son maire et neveu, M. Pierre Barnier dit "Pierrot". Ce village situé en haut d'une calme colline, semble surveiller, à l'est, la montagne des Trois becs, le glandasse et le Vercors, et à l'ouest, toute la basse vallée de la Drôme, le Rhône, l'Ardèche et, au loin, le Mezenc et la Haute Loire).

 

 

On ne dira jamais assez que TOUT se forge à l'enfance avec l'éducation !

on ne dira jamais assez que le bonheur se bâtit avec la famille !

 

 

Trois garçons sont nés de cette union FEREYRE-GOUGNE: Claude, Marc et Yves.

Ils aimaient se retrouver le dimanche, pour le repas de famille hebdomadaire souvent composé d'une entrée (Jambon cru, murson ou pâté croûte ou oeufs mimosas) d'un poulet de ferme avec des pommes de terre (cuits au four) de la salade, et pour finir, du Picodon et fromage de la Pipe et quelquefois, du roquefort) puis le café, accompagnés mais  seulement le dimanche, de "fromages" et de "choux à la crême chantilly" de chez le pâtissier M. Paturel !

(Que du bonheur ! comme le dit Nanou)

 

 

1/ CLAUDE, technicien supérieur de radioprotection au C.E.A, d'abord à La Hague, ensuite à Pierrelatte, à Papeete, puis à Cadarache, il est décédé en 2003, à l'âge de 61 ans...

C'était mon "frère aîné", donc naturellement mon modèle, et même mon idole, le mot n'est pas trop fort, car il avait le coeur sur la main, il était toujours là lorsque nous avions besoin de lui et il n'avait, et ne voulait avoir, que des copains et des amis avec lesquels il se régalait de vivre ! (je pense à André Chaix, Georges Déchelle, Pierrot Brocard, Marcel Sanchez, Bernard Crozet, à Maurice Pécout... il y en a tant d'autres !).

Pour lui, seule la joie de vivre comptait. L'atmosphère de la fête et la bonne humeur, étaient ses réconforts.

Les airs d'opéra (avec Maria Callas, mais aussi avec les grands ténors célèbres depuis  Antonio Caruso... jusqu'à Luciano Pavarotti ), mais aussi les opérettes (avec André Dassary, avec Luis Mariano, puis Tino Rossi que nous avions rencontré à Crest pour, je crois me souvenir, l'opérette sous chapiteau "Le temps des guitares" ) étaient ainsi ses passe-temps favoris et il a fait découvrir à bien des amis (régulièrement avec Bernard) avec sa célèbre 3 cv, puis avec ses différentes GS, les spectacles à l'opéra d'Avignon le samedi soir, après apéritif et diner au passage, avec ses collègues de la région de Bourg St Andéol et Roquemaure. N'oublions pas qu'il fut aussi, et pendant une saison, membre des choeurs de l'opéra d'Avignon !

Il disait, dans les années 70, lorsqu'il était président du club Taurin "Paul Ricard" à Crest, qu'il avait, à cette époque là, déjà été invité à plus de 120 mariages, qu'il y avait chanté chaque fois, "Ramuncho" d'André Dassary, "la belle de Cadix" de Luis Mariano, puis pour finir, "Ajaccio" et  "Méditerrannée" de Tino Rossi . Il concluait souvent, en disant à qui voulait l'entendre que, comme Luis Mariano, il ne pourrait jamais se marier, faute de pouvoir trouver une salle suffisamment grande, pour pouvoir rendre les invitations !

Avec les gens de sa génération, il a savouré -et même "dégusté"- toutes les années 60 !

 

 

2/ MARC. Conseiller d'administration de l'intérieur et de l'outre-mer (ER),

chevalier de l'Ordre national du mérite. 

 

3/ YVES "le Moussi") ingénieur retraité de l'institut français du pétrole (IFP).

Elu territorial, plusieurs fois conseiller municipal, puis Maire, réélu en 2014 du sympathique village des monts du lyonnais de Saint Andéol le chateau (www.st-andeol-le-chateau.fr) et V. Président de la COPAMO. Il est marié depuis 1974 avec Jacqueline, ils ont deux enfants, Magali et florian, et deux petits enfants, Mael et Antoine.

 

Vous connaissez maintenant les plus proches de ma famille. 

A bientôt ! 

..."J'explique..."    vous aurait dit Charles :

 

 

Voyons maintenant Marc :

D'une famille originaire de la Drôme depuis six générations successives (familles Gougne et Fereyre).

Du même âge que Gérard Lanvin, Daniel Auteuil, JP Pernaut, Marius Trésor, Guy Drut, Jeane Manson, Marc Jolivet, Bernard Lecoq, Miou miou, Patrick Hernandez, Frédéric François, Patrick Juvet, Pierre Dospital, Marc Jolivet, Pierre Gagnaire, Marc Veyrat, JL Petitrenaut, le cardinal Barbarin, mais aussi comme ...  Richard Berry, Anémone, Josiane Balasko, Claude Serillon, et... Jean Marc Ayraut ... tous nés, en 1950.

Rien à voir avec ces gens là, médiatiquement connus. Je suis fort heureusement bien différent !

 

Si je devais me décrire en quelques mots, je dirais avant tout :

"CHRETIEN, FRANÇAIS, LIBRE et HEUREUX DE L'ÊTRE " !

 

Retiré, après plus de 38 ans de services publics dans l'administration de l'Etat, métropole et en outre-mer, dont 20 ans avec gestion de ressources humaines, j'ai apprécié cet engagement au service de l'Etat, dans un métier altruiste qui m'allait bien.  !

- Après 11 lieux différents de fonctions: Drôme-Valence, Var-Toulon 1, Rhone-Lyon-IRA, Haute loire-Le Puy, Var-Toulon 2, Région PACA-Marseille, Var-Mairie de Toulon, Paris -ministère de l'intérieur, Var-Draguignan, Martinique-Pref de Région, et Lorraine-préfecture de la Zone de défense EST, à Metz, Secrétariat général pour l'administration de la police;

- Inventeur de "ADAPAD", concept de prestataire de services aux personnes

 

Ses hobbies : Les voyages, l'atmosphère des bons repas, le football (amateur), le rugby de haut niveau, les photos.

 

Ses passions: mes deux frères, la famille, les amis, et aussi  les sciences :

  •  l'Astronomie, grace à mon oncle Albert Barnier qui m'avait émerveillé en m'expliquant, un soir de 1957 devant le moulin à vent à Chabrillan, le passage du premier spoutnik: un petit objet brillant qui se déplaçait lentement mais régulièrement dans le ciel  (Comment le tonton Albert savait-il cela si précisément ?).
    Je n'ai cessé, depuis, à chercher à comprendre comment l'Univers pouvait exister (pour essayer de résumer depuis l'invisible infiniment petit, à l'incompréhensible infiniment grand, nous trouvons une architecture physique extraordinairement simple, le tout apparemment stable et calme, alors que toutes ses composantes sont en mouvement ultra rapide ! Depuis la nature même de l'atome d'hydrogène, le plus petit et le plus simple, jusqu'aux galaxies, au milieu des amas galactiques et les trous noirs, le tout dans un grand vide sidéral traversé par les seules forces électromagnétiques, la lumière et la gravité). On ne peut que se demander ensuite, pourquoi cette merveille existe ? Il n'y a pas de raison a priori.  La physique nous explique COMMENT cette harmonie universelle s'est créee petit à petit, depuis le désordre initial ...  mais personne ne sait POURQUOI !  Ce ne peut pas être le seul fait du hasard..  car c'est trop beau et curieusement, trop bien fait !!. Albert Einstein écrivait à ce sujet: "un peu de sciences éloigne de Dieu et beaucoup y ramène"... Cela fait réfléchir n'est ce pas ?
  • la physique nucléaire avec les différentes forces entre les plus petites particules de l'atome, grace en particulier aux démonstrations de Newton à Einstein, ainsi qu'aux livres Joël de Rosnay (le macroscope), Hubert Reeves et à Stephen Hawking que j'ai lus et relus avec passion (Mais là aussi, personne ne sait pourquoi les électrons et les noyaux disposent d'une énergie ?  Seule leur grande vitesse de mouvement rotatif peut expliquer ces forces, mais plus généralement, pourquoi cet équilibre ? pourquoi sommes nous en capacité de l'expliquer sans le comprendre ?...). L'univers est donc une réalité (physique, chimique, quantique et donc statistique) qui est devenue pour moi, avec le temps, "la seule réalité", avec toutes les conséquences spirituelles que cela entraîne pour l'humain. Albert Einstein disait qu'au bout du compte : "Ce qui est incompréhensible, c'est bien que le monde soit compréhensible"...Voilà résumée, la question fondamentale posée à l'humain depuis toujours, mais plus que jamais aujourd'hui, où les sciences ont résolu l'essentiel des questions physiques, chimiques et statistiques...!. Seul le spirituel garde toujours son mystère...
  • l'archéologie, surtout grâce à MM. Courtin et Cosquer chercheurs au CNRS que j'ai eu la chance de connaître à Salernes et qui m'ont fait apprécier l'histoire, l'archéologie et les merveilles de la grotte sous-marine "Cosquer" près de la calanque de Sormiou, datant de 20.000 avant JC). A ce propos, visitez si vous en avez l'occasion, la réplique de la grotte Chauvet, dite caverne de Vallon Pont d'arc, où ont été mises en valeur les plus anciennes peintures rupestres du monde et des gravures datant de - 36.000 ans !...(Ce n'est juste qu'à 1.000 générations en arrière !...)
  • Les relations humaines, et...enfin l'Etat que j'ai eu l'honneur de servir pendant plus de 38 ans et qui m'a distingué à l'Ordre National du Mérite, décoration proposée par le ministre et remise à Draguignan, par Bernadette D. alors directrice de l'action sociale du ministère.

 

Ses musiques préférées : Celles des années 60 et 70 ! ... Les fameuses sixties !

Essentiellement ce sont les BEATLES (Love me do, Penny lane, Michelle, Hey jude, Let it be, Get back,...) découverts d'abord, puis appréciés grace à Jean Louis Campagne son plus proche cousin qui avait déjà, en 1966, l'enregistrement de tous les disques des beatles alors produits... mais aussi, les groupes tels que les Bee Gees, Simon et Garfunkel, ainsi et plus tôt, les opérettes avec Luis Mariano et Tino Rossi toujours avec Claudet, puis après, le flamenco, les gypsies King... le jazz New Orleans, puis le groupe corse I MUVRINI (Surtout son programme  2009 !) et enfin, le groupe Jazz lyonnais "Plus jamais sous la pluie" dirigé par Florian, bien sûr.

 

 

Voyages préférés: l'Italie, l'Espagne, l'Egypte, les Etats-unis d'amérique et l'Irlande.

 

Endroits préférés: Venise, Pise, Florence et Sienne, le lac maggiore, les régions espagnoles et portugaises depuis l'Andalousie jusqu'à la vallée du Duro, puis, au sud, l'Algarve, mais aussi l'Irlande, le comté du kerry, la presqu'île de Dingle et le Connemara, mais aussi la mer des caraïbes, l'Égypte, la pyramide de Chéops et toute la vallée du Nil (Assouan), les états unis d'Amérique avec les parcs nationaux Brice canyon, Grand Canyôn, le désert du Névada, et Las Végas, San Francisco, la route 66, et enfin ... la Drôme des collines -pour ses beautés naturelles- et également le haut-var -pour ses couleurs et ses odeurs-;

 

Odeurs préférées: les odeurs du Deffends à Salernes

 

Plats préférés: Le pâté en croûte de Maryse, l'aîoli de Clo et d'Yvonne, la daube aux pâtes fraîches de Toulon, le poulet rôti et le gratin dauphinois d'Adrienne, les huîtres de Balaruc en méditerrannée, le loup grillé de chez Raymond au lavandou, et tous les fruits de mer de Bretagne, la brouillade de truffes, le pôt au feu au foie gras de M. Delibie à Vitrac, la paella de José, le repas marcaire dans les Vosges, je n'arrêterais pas tellement les odeurs me reviennent ...

 

Vins préférés:

rouges: Le Bourgogne, Les vins de Loire, Les Côtes du Rhone (Côte rôtie, St Joseph) et le Bandol, puis les vins du bordelais et de Dordogne.

rosés: Le Bandol, et vins rosés du Var.

blancs: Mercurey, Sylvaner et Gewurstraminer.

 

Livres et auteurs qui m'ont marqué :

> La Bible, et les évangiles (ouvrages essentiels et de référence toute la vie durant)

> Cyrano de Bergerac (les 1.600 vers de la pièce d'Edmond Rostand)

> Les fables de Jean-Pierre Claris de Florian (Poëte-Fabuliste),

> Les romans et pièces de Marcel Pagnol, Le roman "La nuit des temps" (R. Barjavel)

> Le macroscope (J. de Rosnay) et toutes les revues à caractère scientifique...

 

Films appréciés :

Avant tout, les films de Marcel Pagnol tirés des nouvelles de Jean Giono (surtout ceux interprétés par: Raimu et Fernandel), pour leur sensibilité et la vérité des dialogues. Tous les films interprétés par Fernandel...(le plus grand de tous !) ou par Lino Ventura, ainsi que les films d'Audiard, ceux en particulier des années 60, comme Les Tontons Flingueurs, etc...

Puis les films à caractère historique tels que: Lucie Aubrac de Berri; Le jour le plus long...etc.

mais aussi ceux qui ont marqué notre génération, tels que : Le Lauréat avec Dustin Hoffman (1967), Serpico avec Al Pacino (1973)  Le Parrain, Rain man, Le diner de cons, Le prénom, puis Hippocrate en 2014,

et bien avant, tous ceux qui ont marqué le cinéma tels que : La grande Vadrouille, le pont de rivière Kwaî, les canons de navarrone, la grande Evasion, La planète des singes, 2001 l'odyssée de l'espace, etc.

 

Acteurs les + appréciés : Raimu et Fernandel, Laurel et Hardy, Charlie Chaplin, John Wayne, Brigitte Bardot, Dustin Hoffman, Al Pacino, Yves Montand, Lino Ventura, Gérard Depardieu, Daniel Auteuil et Christian Clavier.

Irlandais ? J'aurais aimé pour l'authenticité et la simplicité...